Le clonage humain

 

c) Le clonage humain au XX éme siécle

 

 

À l'heure d'aujourd'hui ce pose encore la question du clonage humain. Certains pays comme: la France, le Royaume-Uni, la Norvège, l'Inde, le Japon, le Canada et la Chine se sont opposés à la déclaration que dit : "Déclaration des Nations unies sur le clonage des êtres humains". Malgré cette interdiction du clonage humain certaines tentatives ont été réalisé en 1979 par le docteur Shettles, en 1994 par le docteur Stillman, en 1999 par des chercheurs coréens et en 2001 par « Advanced Cell Technology ».

Un clone a le même patrimoine génétique qu'un donneur de cellules somatique, contrairement aux autres individus qui sont le résultat d'un brassage de gènes issus de leur père et de ceux de leur mère. Mais le clone est-il pour autant une copie fidèle de son donneur? Rien n'est plus éloigné de la réalité, puisque l'identité, tant au niveau biologique qu'au niveau psychologique, n'est pas la seule conséquence du génome. Sur le plan biologique, la différence entre deux cellules réside non seulement dans les chromosomes mais aussi dans le cytoplasme. Quant à l'identité d'un être vivant complexe, elle est bien plus que la seule conséquence de l'identité biologique: elle est aussi le résultat d'une expérience. Un clone aura les gènes de la personne cloné mais il naîtra bien des années après celle-ci sans être soumis au même environnement, sans avoir ces souvenirs, sans rencontrer ceux qui, ont transformé sa vie. Le clone n'est donc pas moi: c'est un autre, avec mes gènes.

 

Créer un site gratuit avec e-monsite - Signaler un contenu illicite sur ce site

×