Frankenstein est le premier à avoir subi des manipulations.

 

 

  1. Frankenstein est le premier à avoir subi des manipulations

      En 1816, une sage et douce femme anglaise, Mary Shelley, âgée de dix-neuf ans écrit Frankenstein un drame romantique où le fantastique se mêle à l’horreur. Dans l’histoire de la littérature, cette œuvre est la première d’un genre tout à fait novice, qu’on qualifiera quelques décennies plus tard de science-fiction. Mais, avant tout on se doit de donner la définition d’un monstre qui est une personne qui sort de l’ordinaire car elle est remarquable et des caractéristiques la différencient des autres individus. Un monstre peut être remarquable pour sa beauté comme pour l’abominable créature qu’il peut être.

      Mary Shelley crée alors le héros de son œuvre qu’elle nomme Victor Frankenstein. Ce dernier est né à Genève, en Suisse dans une famille heureuse et aisée. La famille adopte une petite fille, Elisabeth, issue d’une famille noble avec laquelle Victor va partager une très grande complicité. Ils s’estiment mutuellement et se respectent. Mais, la famille ne tarde pas à s’élargir avec la naissance de deux frères : William et Ernest.

      En grandissant, Victor se passionne pour l’étude des vieux grimoires de sorcellerie du Moyen-âge et les écrits des très prestigieux alchimistes du XVIème siècle. Les alchimistes sont des savants qui croyaient en l’existence d’un corps magique appelé « pierre philosophale » qui pouvait réaliser le « Grand œuvre » et transformer le plomb en or et de plus, cette essence pouvait aussi guérir de nombreuses maladies et donner aux hommes l’immortalité. Rapidement, Victor se tourne vers des sciences plus fiables comme les sciences naturelles et en fait sa passion. Il s’intéresse aux progrès et au découvertes de son siècle et à l’électricité ; il observe la foudre. Victor se préoccupe des théories d’un physicien nommé Galvani, un érudit des phénomènes électriques. A dix-sept ans, il part pour l’université d’Ingolstadt, dans le sud de l’Allemagne. Il y étudie les secrets de la chimie, la physique et la médecine.

 

 

Cependant, il veut mener à terme un projet : une nuit de novembre, il découpe des cadavres qu’il a exhumés et membres par membres, il recoud différentes parties des corps pour ne créer plus qu’un seul être-machine. Grace à l’électricité, Victor donne la vie à la créature qu’il a conçut : « sa respiration pénible commença, et un mouvement convulsif agita ses membres ». L’individu qu’a créé Victor Frankenstein est abominable et affreuse.

 

Ce monstre fait de débris humains, est qualifié de « chose ». Le monstre prend le nom de son créateur et non celui de son auteur. L’horrible chose devient le symbole de l’horreur. L’œuvre de Mary Shelley inspire de nombreux films d’épouvante. Boris Karloff fut le premier interprète du rôle de Frankenstein réalisé par James Whale en 1931 ; sa création est restée la plus populaire.

 

Ce roman est mit en parallèle avec les manipulations génétiques car dans le cas du monstre, son code génétique est créé à partir de différents corps humains, il est donc issu d’une manipulation génétique. Chaque être humain possède sa propre ADN mais en ce qui concerne le monstre, il est l’objet d’un assemblage de débris humains de plusieurs corps donc il est le résultat d’une manipulation génétique. On peut supposer que l’ADN du monstre par exemple résulte aussi d’une modification génétique des autres corps pour ne donner qu’une unique ADN qui est la sienne. Mais, le monstre reste une créature hybride.

Créer un site gratuit avec e-monsite - Signaler un contenu illicite sur ce site